En chemin vers la route intelligente avec le revêtement routier photovoltaïque

En chemin vers la route intelligente avec le revêtement routier photovoltaïque

Productrice d’énergie et d’informations à l’intention de véhicules toujours plus connectés, capable de s’auto-diagnostiquer voire de s’auto-réparer, la route de demain sera … intelligente. C’est ainsi que l’entreprise Colas vient de mettre au point le premier revêtement routier photovoltaïque au monde.

De la voiture sans conducteur jusqu’au kérosène aux algues, les innovations vont bon train…sur la route de la mobilité. On s’achemine désormais vers une route productrice d’énergie et d’informations. La société Colas, filiale de Bouygues spécialisée dans la construction et l'entretien d'infrastructures de transports et d'aménagements urbains, a mis au point un revêtement routier photovoltaïque dont les applications sont multiples – baptisé Wattway. L’aventure débute en 2005 quand la R&D de Colas cherche à élargir l’usage des voies routières et leurs dizaines de millions de kilomètres dans le monde. Comment mettre à profit cette immense surface réfléchissante, exposée au soleil en quasi-permanence ? C’est ainsi que nait l’idée de panneaux photovoltaïques intégrés au ruban d’asphalte. Ces panneaux s’installent directement sur les routes existantes (sans être obligé de les reconstruire !) et permettent la circulation de tout type de véhicule, y compris les poids lourds. Ces fines feuilles conviennent à tous les types de route et sont conçues pour supporter les dilatations thermiques de la chaussée. Ces plaques photovoltaïques offrent une adhérence comparable à celle des revêtements routiers traditionnels. Les débouchés et applications doivent être nombreux, on l’espère, même si cette innovation commence à peine sa phase de commercialisation après dix années de recherche, menée en partenariat avec l’Institut National de l’Energie Solaire basé à Chambéry. L’énergie produite par cette technologie pourrait contribuer à alimenter l’éclairage public, le mobilier urbain (comme les feux de signalisation ou les panneaux à message variable), les bâtiments mais aussi les commerces. Une technologie qui devrait aussi être profitable aux zones isolées géographiquement, non raccordées au réseau électrique. Plus largement, une route intelligente pourra collecter des informations sur le trafic en temps réel, gérer la circulation en cas d’embouteillage, se réchauffer en hiver pour lutter contre le verglas, se refroidir en été en cas de canicule…

Copyright des photos : Joachim Bertrand